Le plan Vélo, un levier pour le développement du vélo et la sécurité du pratiquant

Les changements climatiques que nous subissons quasi quotidiennement engendrent une vraie prise de conscience de l’impact des Hommes sur l’environnement. Les transports étant un des facteurs les plus aggravants, il est impératif de faire en sorte que des solutions ayant moins d’impacts négatifs, comme le vélo et la trottinette électrique, puissent davantage se généraliser. 

Les déplacements à vélo et à trottinette connaissent une évolution en hausse ces dernières années en France avec un nombre de trajets à vélo qui a augmenté de 28 % entre 2019 et 2021 ! 

Mais le potentiel de croissance est encore assez important (…voire énorme !) car 60 % des trajets domicile/travail de moins de 5 kilomètres sont faits en voiture contre seulement 5 % à vélo 😥

Mais les ventes de vélo, notamment les VAE (Vélo à Assistance Electrique) connaissent un “boom” ces derniers temps, le “PLAN VELO” y serait-il pour quelque-chose ? 

Vélo sur la route, mobilité douce

Car en effet, le Gouvernement a sorti en 2018 le premier plan national « Vélo et mobilités actives »  avec la LOM (Loi d’Orientation des mobilités) qui a connu un énorme engouement. Afin de continuer sur cette dynamique, le Gouvernement d’Elisabeth BORNE a annoncé le 20 septembre 2022 le deuxième PLAN VELO mis en place pour les années 2022 à 2027.

Ce deuxième plan comprend trois objectifs principaux :

  • Le premier étant de rendre le vélo accessible à tous, dès le plus jeune âge.

  • Le second étant de faire des mobilités actives (telles que le vélo ou la trottinette électrique) et des transports en commun une réelle et durable alternative à la voiture individuelle que ce soit pour les déplacements du quotidien (travail, course…) que pour les voyages. 

  • Le dernier étant de faire en sorte que la filière du vélo et des mobilités actives en général fasse partie intégrante du paysage économique de la France avec d’importantes ambitions pour des fabrications au maximum locales et des relocalisations de la production de certaines grandes marques.

A l’intérieur de ces piliers, la sécurité dans les déplacements à vélo et à trottinette fait partie des enjeux majeurs. 

On constate déjà aujourd’hui une prépondérance des aménagements cyclables en agglomération comme les pistes cyclables, les “sas” vélo aux feux de circulation… ainsi que des évolutions réglementaires en autorisant par exemple des éclairages renforcés. 

La sûreté est également mise en avant avec des dispositifs permettant de mieux lutter contre le vol. Nous y retrouvons l’identification des cycles avec un système de numéro d’identification pour chaque nouveau vélo neuf vendu en France depuis le 1er janvier 2021 par exemple. Ce système concerne aussi les vélos d’occasion vendus par des professionnels en France.

De plus, de nombreux stationnements spécialisés pour les vélos ont été ou vont être créés, que ce soit dans les lieux publics comme les gares et les pôles d’échange, mais aussi les lieux privés comme les logements et sur les lieux de travail.

Image d'un vélo en situation en ville avec le rétroviseur-clignotant QLÏR.

Des “primes vélos” ont également été mises en place afin d’inciter et de faciliter l’achat d’un vélo avec plusieurs dispositifs, cela concerne :  

– l’achat de vélos à assistance électrique, avec une prime de 200 € à 400 € maximum

– l’achat de vélos-cargo, remorques pour vélo…, pour lesquels la prime peut monter jusqu’à 2 000 € ;

– et d’une prime à la conversion allant jusqu’à 3000 € pour la mise au rebut d’un vieux véhicule motorisé en parallèle de l’achat d’un vélo.

Les initiatives ne manquent pas non plus dans les entreprises où l’on constate de plus en plus de mesures incitatives à la pratique des mobilités actives comme par exemple la mise en place de flotte de vélos ou encore le remplacement de certains véhicules (motorisés) de fonction par des… vélos de fonction

Mais pour continuer sur la lancée du PLAN VELO, il est important que des initiatives puissent également permettre à chaque “potentiel” pratiquant de levée d’éventuels freins à la pratique. C’est pourquoi VISAIA BIKE, entreprise française et plus précisément ardéchoise, a développé QLÏR, un système de rétroviseurs clignotants pour vélos et trottinettes, qui permet de ne plus avoir à régulièrement tourner la tête pour voir ce qu’il y a derrière soi & de ne plus avoir à constamment lever le bras pour indiquer sa direction aux autres pratiquants de la route. 

Ce nouvel équipement apporte donc plus de sécurité et de confort pour les cyclistes et les pratiquants de trottinettes électriques… et en plus, c’est MADE IN FRANCE !